Basil Bernstein

Période : 1924-2000

Profession: Sociologue britannique, spécialisé dans la sociolinguistique.

COURANT
Bernstein s’inspire principalement des "pères fondateurs" que sont Durkheim et Marx. Il s’est d’autre part appuyé sur les théories psychologiques de Vygotsky et Luria, qui lui ont permis de comprendre comment le langage peut exercer un rôle directeur sur la pensée et le développement cognitif.

IDEES PRINCIPALES
La théorie du déficit linguistique postule que la réussite de la classe dominante peut être attribuée à la maîtrise des instruments d'expression symboliques en usage dans la société. Les couches défavorisées, au contraire, souffrent d'un déficit linguistique, n'étant qu'un aspect particulier du déficit culturel global. Il y a donc une relation circulaire entre les deux : les individus défavorisés ont accès à moins de compétences expressives (code restreint) et ce déficit empêche toute promotion sociale. Il faut donc acquérir « le code élaboré ». Ce que Bernstein essaie donc de montrer, c'est que bien que les choix de la variété du langage soient théoriquement libres, ils sont en fait socialement déterminés (position sociale, économique, culturelle, ...) et en retour, ils déterminent la stratification sociale.
•    Cette détermination joue sur les interactions entre les locuteurs. Il y a toujours une variété adéquate dans l’échange. Ex : on parle différemment à un prof qu’à un étudiant. On imagine ce que peut être le statut social et culturel de l’individu et on agit en fonction de ça. Il y a donc des règles très strictes qui président aux choix des variétés linguistiques mais ces règles ne sont pas enseignées.
•    Ainsi par exemple, il y a risque de conflit entre des enfants de milieu social défavorisé, dont le vocabulaire est considérablement restreint, et leur instituteur/professeur, celui-ci disposant et utilisant des codes sociolinguistiques considérablement plus étendus.
•    Certaines façons de dire permettent de marquer l’appartenance. Dans toute société, on détermine le bon usage, c'est-à-dire la variété linguistique qui aura le plus de légitimité et qui devient alors la norme. Ce qui ne fait pas partie du bon usage est considéré comme laid, mais c’est seulement parce que ce n’est pas habituel. Les critères qui fondent le bon usage sont toujours utilisés d’une manière idéologique. La variété choisie est imposée à tout le corps social, mais ce choix n’a rien de linguistique. Du coup, toutes les autres variétés sont systématiquement dévalorisées. L’objectif est donc d’assurer le pouvoir à une partie du corps social en utilisant des instruments symboliques : des valeurs sont associés à des variétés linguistiques plus ou moins prestigieuses. Ces variétés, porteuses de distinction, peuvent être internes ou externes à la langue (l’anglais est prestigieux pour les francophones : son usage valorise le contenu qu’il exprime).

INTERACTIONS AVEC AUTRES PERSONNES 
Ce concept sociolinguistique est aujourd’hui encore très contesté. Pour beaucoup d’auteurs, il est plus pertinent de parler de variétés linguistiques légitimes et illégitimes, car cette deuxième distinction ne postule pas que le code illégitime est inférieur au code légitime. Seulement, celui-ci est placé au rang d'infériorité. Cette nouvelle acception est due notamment aux études du sociolinguiste William Labov.
Le Centre Alain Savary (INRP) s'est engagé dans une réflexion autour des prolongements de ses travaux, qui nous a livré d'importants instruments de réflexion sur la question des inégalités scolaires. Ce travail a été initié par la récente traduction de son dernier ouvrage, "Pédagogie, contrôle symbolique et identité. Théorie, recherche, critique ", aux Presses Universitaires de Laval, 2007 (traduction : Ginette Ramognino-Le Déroff et Philippe Vitale).

 OUVRAGES
Le simple fait que l’ouvrage de B.Bernstein Langage et classes sociales soit publié dans la collection "le sens commun" (dirigée par P. Bourdieu) témoigne de la proximité épistémologique de ces deux auteurs. Il y a sans aucun doute un héritage bernsteinien au sein de l’édifice conceptuel bourdieusien, tout particulièrement visible dans Ce que parler veut dire.
NB :Bernstein, comme après lui Bourdieu, aboutit à une théorie de la reproduction sociale à partir d’une approche singulière de la socialisation.

CITATIONS
"Pour que la culture du maître devienne partie intégrante du monde de l’enfant, il faut d’abord que le culture de l’enfant soit partie intégrante du monde du maître. Peut-être faudrait-il, pour cela, que le maître comprenne le parler de l’enfant plutôt que d’essayer décisoirement de la changer."

Présentation

  • : ++ CRPE ++
  • : 07/07/2009
  • : J'ai prévu pour ce blog de partager le maximum des infos qui m'ont aidées dans ma propre préparation et permises d'obtenir (fraichement) ce concours. Il n'y aura pas de chronologie mais plutot des thèmes. Je m'organise au plus vite pour tout mettre en ligne et faire de ce blog un outil utile tout au long de votre préparation.
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés